Emrys

Perle de Vie

Parfois effarouchée mais toujours habitée d’une grande dignité, majestueuse et poignante, Alcántara a fait son entrée à l’Etoile du Berger, il y a trois ans. Elle portait en son ventre le fruit de ses amours avec un beau trotteur réformé de courses qui attendait, auprès d’elle et de Faïza, un destin meilleur que l’aller simple pour l’abattoir que l’éleveur leur avait promis. Peu après son arrivée, le fœtus l’a quittée, la plongeant dans une amère mélancolie qui, peu à peu s’est estompée, mais que l’on voyait encore vibrer derrière sa superbe, son port altier pendant qu’elle gardait d’un œil et d’une épaule sûrs, le troupeau, son troupeau, son beau troupeau qu’elle et Zoria par un simple échange de leurs regards couvraient d’amour et de protection infinis.

 

Lorsque Faïza a mis au monde Shana quelques mois plus tard, attentive, Alcántara veillait. Alors qu’elle approchait la mère et la pouliche encore enveloppée de son habit de naissance, la douceur a percé son amère mélancolie et rouvert les portes de la vie toujours renouvelée. Dans la force de cette douceur, son rôle de gardienne a pris un sens plus profond, et elle veillait désormais dans cet amour apaisé sur le cocon installé dans la cellule du troupeau. Postée en amont du troupeau elle demeurait aux aguets le jour, et la nuit, quand le groupe se resserrait autour de la pouliche endormie, son corps en éveil continuait son écoute du monde extérieur, pour que le cocon demeure dans le calme, la douceur et la joie infinie de son intériorité.

Aster, jeune et pétulant entier nous avait entre temps, rejoints. Sa présence mutine et son sans gêne agaçaient quelque peu les juments. Il avait jusqu’alors vécu entouré de chiens en chenil et son initiation aux codes équins restait brusque et souvent maladroite. Les juments se tournaient volontiers vers Zoria pour les accompagner lors de leurs chaleurs, et il les escortait avec cette douceur, écoute et protection qu’elles affectionnaient tant. Aster, malgré son impétuosité, a su apprendre de son aîné et se faire accepter d’elles.

Alcántara appelait de tout son corps ce poulain, alors que les ventres d’Éole et de Faïza s’archaient sous les formes grandissantes de leur progéniture. Elles ont donné naissance à Amor et Yeshida sous l’œil, toujours attendri et bienveillant, d’Alcántara. Peu après ces naissances, Aster a quitté son statut d’entier sous l’intervention du bistouri. Et au moment de cette transformation, il a offert à Alcántara ce cadeau tant attendu … ce lumineux poulain empli de douceur… cette perle de Vie qui s’est épanouie en elle et qu’elle a offert au monde.

Emrys, doux, majestueux, digne, accueillant, resplendissant de joie.