Sioux

janvier 2015

Sioux est arrivé chez moi il y a deux ans. Sa première partie de vie l’avait éreinté, il semblait y avoir expié ce qui devait y être expié. Ses rapports avec les humains et ses congénères n’avaient été que dans la force et le conflit, l’enfermement et l’interdit. Mais il  était en demande de créer de nouvelles relations et semblait déterminé à bâtir une nouvelle vie. Je l’y ai aidé, depuis les profondeurs de mon cœur qu’il fait tant vibrer.

 

Merci, grand Sioux pour ta loyauté si profondément ancrée, et ton désir d’apprendre, encore et toujours… Merci pour toutes les portes que tu m’as ouvertes et celles vers lesquelles tu me diriges.